La Poule au Mot

Publié le par Patrick FRANCOIS

La Poule au Mot

Ca y est! La Poule est sortie! Vous allez pouvoir picorer ce goûteux fascicule.

Libérez et délivrez votre curiosité pour découvrir des lieux et des plats méconnus.

Salivez, dégustez, savourez! Du tout pour la bouffe aux grands crus et petites coupes, vous saurez tout des contrepèteries gourmandes.

Recueil bientôt en vente partout au prix modique de 12€ MAIS nous dédicacerons tous les trois au Salon du Livre Gourmand qui se tiendra à Périgueux du 25 au 27 Novembre. Con se le dise (sachant que le 27 je me dédoublerai pour participer au salon de Mussidan, département n°24)!

Auparavant je serai présent au salon du livre de Gond-Pontouvre (dans la banlieue d'Angoulême, département n°16) le samedi 19 Novembre et le lendemain, dimanche 20 Novembre, à celui de Salleboeuf (près de Libourne, département n°33), toujours dans la région APOIL!

Et puis vous pouvez toujours commander directement "atome" (comme pour tous mes bouquins) à l'adresse suivante :

Patrick FRANCOIS 4 Allée des Chênes 24420 ESCOIRE ou via le mail dédié : lescrivains@orange.fr

Et n'oublions pas de remercier notre maître Joël Martin pour la préface qu'il nous a gentiment concoctée et dont je vous livre le contenu stricto sensu ci-après SANS la traduction qui interviendra lors d'un prochain article MAIS vous pouvez déjà jouer à découvrir les contrepèteries qui se cachent dans ce texte. Pour info il y en a 42. Bon courage...

Ce goûteux fascicule est digne d’une thèse sur la bouffe sans bouffe atterrante ni bouffe sentant le tabac, mais indulgente aux pâtes étouffantes. Y sont exaltées les papilles des époux, glorifiées les poules des matrones et stimulés les peinards friands de porto. On y goûte des crêpes qu’on hume sans cesser, des pains sentant la seiche, d’autres pains sentant le saté, des moules beurrées, des joues de tritons et des riches mousses en évitant les rillettes fadasses.

Les gourmandes pourront y prendre leur canard avec des tripes. Même les nonnes à l’air bigot auront droit à des grands coups de bouillon. On se méfiera des abats qui font mal aux poules mais pas du mitron qui a souci des fèves et des galettes craquantes.

Du côté des vins qu’ils ont reçus, les gourmets qui adorent banqueter et proposent ces pages attirant plus que la minorité, taisent – ce n’est pas aberrant – les buvettes risibles, la piquette des questeurs, les syrahs sentant le coca et les Moulis qui passent mal. Les jouvencelles s’éclateront au bordeaux et les minettes goûteront fort l’anjou du matin. Les chasseurs se rueront sur les trous normands, et leurs épouses sur les fines proposées en prix cassés et les marcs jamais modifiés.

Avec leur monographie qui leur ouvrira sans nul doute bien des portes, les auteurs proposent des menus qui comptent et des vins sans sagesse, même aux gourmands pressés qui mastiquent puis se cassent.

Lectrices et lecteurs, découvrez vite ces pages-folie et vous savourerez bien des pages futées…

 

N'oubliez pas non plus que vous pouvez me retrouver régulièrement sur www.radioslibresenperigord.com pour ma chronique radiophonique "hebdromadaire", le mercredi en direct à 9h12, rediffusion le samedi à10h35, le lundi à 9h30 et le mardi à 17h.

Arrivée d'air chaud!.

Publié dans INFOS (2)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article