Planète Mère 22

Publié le par Patrick FRANCOIS

Visite des arènes pour assister à une partie du jeu le plus populaire pratiqué sur Séléné :  la Balle Davoine... Ecoutons donc ce que va nous dire LADADA, responsable de ce complexe sportif.

Extrait :  

Le jeu de la Balle Davoine met face à face deux équipes de robots volants, hyper sophistiqués. Chaque robot est aidé par un téléguidage effectué grâce à un flux cybernéticomagnétique émis par son partenaire humain qui pilote depuis le sol.

8 équipes de 7 joueurs chacune s’affrontent : une par contrée et par lune plus une équipe mixte (appelée DRIMTIM) composée d’un représentant de chaque contrée et de chaque lune.

Il y a deux rencontres par mois, à quinze jours d’écart, en système de tournoi aller-retour, en quelque sorte. Par exemple, la première confrontation du premier mois se passe dans l’arène de la contrée haute, puis la seconde dans la contrée basse, et ainsi de suite. A chaque fois, l’adversaire est différent, bien sûr. Cette compétition est étalée sur 9 mois, soit 14 « tournois » en tout.

Là nous allons assister à la 8ème rencontre, la première de la phase retour. Pour illustrer son propos LADADA nous projeta le diaporama du calendrier de la phase aller avec les légendes qui vont bien : contrée haute = CH ; contrée basse = CB ; contrée du milieu1 = CM1 ; contrée du milieu2 = CM2.

Les balles, grosses comme des balles de tennis, sont en avoine compressée, saine et naturelle, tout droit sortie du parc botanique que vous avez visité. Elles ont une couleur différente suivant les équipes.

A chaque bout de l’arène, qui, comme vous le verrez, est un espace rectangulaire, vole horizontalement de gauche à droite et de droite à gauche un grand panier fermé dans lequel chaque équipe doit lancer sa balle. Devant chacun de ces paniers navigue le Berger adverse, qui est la base de son équipe, le robot majeur, en quelque sorte, à la fois l’arrêtant et premier lanceur. Les 6 autres robots sont répartis sur le territoire, en principe de la façon suivante : R1, R2 et R3 en première ligne (devant le Berger) ; R4 et R5 au milieu et R6 = le marqueur, au plus près du Berger « ennemi ». Mais les équipes peuvent avoir des configurations différentes, selon la tactique que décide de mettre en place le capitaine.

Le Berger dispose de 20 balles (je sais ce n’est pas cher). Généralement, il lance une balle à un robot de sa première ligne qui passe à un robot de la deuxième ligne qui transmet au marqueur qui a seul le droit de l’envoyer dans son panier (il est obligatoire que la balle soit touchée, au minimum, par trois robots différents). S’il réussit, cela vaut une marque et son Berger lance alors la deuxième balle. Si le Berger adverse arrête la balle, il la donne à l’arbitre qui la rend à l’autre Berger.

Les robots de l’équipe adverse procèdent de la même manière, sachant que chaque robot SAUF le marqueur (sinon il est pénalisé) a le droit d’intercepter la balle et si cette balle arrive dans l’autre panier, cela vaut 2 marques…

Les robots (et leur partenaire téléguideur) doivent donc être particulièrement vigilants et performants puisqu’ils doivent faire en sorte de marquer MAIS aussi d’essayer, en même temps, d’empêcher leurs adversaires d’en faire autant.

Il faut savoir que les robots peuvent utiliser n’importe quel endroit de leur corps pour transmettre la balle : la main, le pied, la tête, le cul… En revanche si un robot échappe une balle et qu’elle touche le sol, elle est déclarée perdue. Si le partenaire au sol se trompe dans son téléguidage et que la balle de son équipe est transmise directement à un robot de l’autre équipe, là aussi il est pénalisé et la balle est rendue au Berger d’origine.

A chaque pénalité on enlève 1 marque.

Il peut aussi se produire des frottements ou collisions entre robots. Si l’un d’entre eux est endommagé et doit être réparé ou remplacé, le jeu est arrêté le temps que cette substitution intervienne.

La partie est définitivement terminée quand il n’y a plus de balles à jouer et l’équipe gagnante est celle qui totalise le plus de marques.

La compétition se déroule sur 2 journées consécutives puisqu’il y a quatre parties à disputer à chaque tournoi, comme vous avez pu le voir dans le calendrier. De plus la durée de chaque partie n’est pas limitée car elle est sujette à l’efficacité des joueurs, aux évènements et impondérables qui peuvent survenir pendant le jeu.

Pssssssstttttttttttt vous en saurez plus sur ce jeu révolutionnaire en achetant le bouquin, ah ah ah!

 

Publié dans HUMOUR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article