Planète Mère 16

Publié le par Patrick FRANCOIS

On entre dans le vif du sujet avec cet extrait des interventions des représentants de l'Europe terrienne lors du Comité Central de Séléné.


.....En entendant le mot «politiciens », Simone ne put s’empêcher de pousser ce cri :

-Tous pourris et rien pour nous !

Klaus Trauphoebe (député allemand) lui répondit qu’il comprenait parfaitement son des arts rois et son indignation face au manque d’exemplarité de certains hommes (ou femmes) politiques. Toutefois il tint à signaler, qu’heureusement, tous n’étaient pas à mettre dans le même panier. En Allemagne, par exemple, les députés paient leur logement et leurs déplacements avec leur salaire et ne perçoivent aucune indemnité parlementaire.

(Cela me rappela la fable du bénévole que l’on raconte à Paris : Un jour, un fleuriste se rendit chez le coiffeur pour se faire couper les cheveux. Après sa coupe, il demanda combien il devait. Le coiffeur répondit: "c'est gratuit, je fais du bénévolat cette semaine". Le fleuriste s'en alla tout content. Le lendemain, en ouvrant sa boutique, le coiffeur trouva à sa porte une carte de remerciements et une douzaine de roses. Plus tard, c'est le boulanger qui se présenta pour se faire couper les cheveux. Quand il demanda à payer, le coiffeur lui dit : "Je ne peux accepter d'argent, cette semaine, je fais du bénévolat". Heureux, le boulanger s'en alla tout content. Le lendemain, il déposa à la porte du coiffeur une demi-douzaine de croissants, avec un mot de remerciements. Puis, ce fut le député du coin qui se présenta. Lorsqu'il voulut payer, le coiffeur lui répondit : "Mais non, cette semaine c'est gratuit, je fais mon bénévolat !" Très heureux de cette aubaine, le député quitta la boutique. Le lendemain, quand le coiffeur arriva pour ouvrir, une douzaine de députés et de sénateurs attendaient en ligne pour se faire couper les cheveux gratuitement!)

Demis Tigris, médium corpulent qui réside à Salaud-Nique en Grèce, intervint alors pour dire qu’il approuvait d’autant plus l’intervention de Simone, que dans son pays, malgré la dette colossale qui les écrase tous, les députés ont décidé de ne pas, pour autant, baisser leurs rémunérations qui demeurent les plus élevées des députés en Europe!

Simone applaudit car elle adore les gros mecs.

-C’est pourquoi, dit Roméo Napléba (sénateur italien), nous nous battons chaque jour, au niveau européen mais aussi avec nos partenaires des autres continents afin de régler ce type problème qui fait partie de la panoplie des actions à entreprendre. Il faut que partout dans le monde, on essaie, d’une part, de ramener l’échelle des salaires à un niveau raisonnable (sans prétendre imiter forcément ce qui existe sur Séléné), de diminuer les charges et, de façon concomitante, relancer l’emploi et donc de diminuer le chômage, plaie universelle. D’autre part, on se doit de diversifier et de dépolluer les industries, de s’alimenter et de vivre plus sainement, minorant ainsi durablement les dépenses de santé et de prendre enfin des mesures efficaces pour protéger davantage notre environnement (cela me fit évidemment penser à la réponse des types qui déboisent la forêt amazonienne et qui ont promis de faire un geste : désormais ils mettront de l’essence sans plomb dans leurs tronçonneuses !). Ce ne sont que quelques grandes lignes du combat que les hommes politiques engagés, comme nous ici, aiguillonnés par des visionnaires de tous bords, scientifiques ou écologistes (comme, par exemple, le français Nicolas Hublot ou le célèbre explorateur grec Nikos Mopolitos) doivent mener, face aux lobbys insatiables qui nous entrainent vers un avenir incertain, même si cela peut sembler utopique ou surréaliste.....

Publié dans Humour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article